Femme de people, saison 2, épisode 6 : 

Le dîner

Résumé : Tandis qu’elle prépare à dîner pour les célèbres Evangelina Belle et Matt Bid, Alice sent deux mains longues et fines curieusement l’agripper…


J’ai saisi les mains qui me serraient les hanches et je me suis retournée : Evangelina Belle n’avait pas l’air de vouloir me lâcher. Elle avait un drôle de sourire, indéchiffrable, équivoque. On aurait dit qu’elle jubilait et en même temps qu’elle voulait, désirait quelque chose. Elle avait eu, par le passé, plusieurs relations avec des femmes. Certains people disaient même qu’elle partageait ses conquêtes féminines avec Matt. Est-ce que c’était vrai ? Est-ce que c’était faux ? Coincée entre « Evie » et le piano, j’en menais pas large : elle pouvait faire tout ce qui lui plaisait, seule ou avec son mari, mais pas avec moi ! « Tu t’intéresses à la cuisine, Evie ? C’est nouveau, ça… » Michael se tenait dans l’encadrement de la porte : il souriait, mais à son ton, on voyait qu’il rigolait pas. Evangelina n’a pas répondu. Elle m’a lâchée et s’est dirigée vers lui. En arrivant à sa hauteur, elle s’est arrêtée, lui a caressé la joue, et puis elle est sortie. Mike s’est précipité vers moi : « Ca va ? Elle commence sérieux à me gonfler, l’Evangelina… Matt est au bord du pétage de plomb. Sans les enfants, il se serait barré il y a longtemps. Pour le dîner, ma puce, t’inquiète pas : elle va se chercher un coin isolé pour bouffer ses graines et méditer. Elle fait ça à chaque fois ».

Effectivement, on n’a pas vu Evie de tout le dîner. Du coup, on a passé une très chouette soirée, dans le jardin, tous les trois. Les garçons dévoraient, ils trouvaient tout « so good », « so French », « de-li-cious ». Matt racontait plein d’histoires, mimait des stars, des producteurs, des situations : on était sous la table tellement il était tordant. Mike était plus « anglais », plus humour froid, décalé. Ils formaient un duo parfait. Entre eux, à l’évidence, il n’y avait aucune idée de compétition : ils se respectaient, s’appréciaient vraiment. « Vous attendez quoi pour faire un film ensemble ? », je leur ai demandé. —« C’est prévu, darling, mais chhhht !, personne n’est au courant », m’a fait Matt en pointant le pouce vers l’endroit où Evangelina se terrait. —« Vous pourriez peut-être en parler tous les deux, maintenant ?, j’ai proposé. Moi, je vais me coucher ». J’ai embrassé Matt en lui faisant promettre de revenir vite. Mike m’a dit qu’il rangerait tout, je lui ai fait un baiser et j’ai filé.

En passant devant la cuisine, j’ai entendu un bruit : Evangelina était assise par terre, en train de s’enfiler le reste de la daube ! La bouche et les doigts barbouillés de sauce, elle se balançait d'arrière en avant, le regard fixe, braqué sur moi. J’ai reculé doucement, comme on le fait devant un animal sauvage, et j’ai couru comme une folle au premier. Arrivée dans la salle de bains, c’est bête, je n’ai pas pu m’empêcher de mettre le verrou. C’est là qu’un cri insensé, suivi d’un choc sourd, ont retenti au rez-de-chaussée.