La revue de presse people et pas bête

 

Madonna en clown sur un tricycle, NKM dans son manoir en solo...

... Mais aussi l'énième (ou dernière) crise conjugale d'Angelina Jolie et de Brad Pitt, le selfie de Kim Kardashian et ses curieuses retombées, les cinglantes — et préoccupantes — "envies de fessée" d'Elisabeth II, comment "les frères Matrix" sont devenus sœurs et, et, et... Salman Rushdie dépeint et repeint par son ex-femme. Y'a du matos, et de la substance, dans la revue de presse people et pas bête !


Grosse, très grosse semaine ! Des histoires d'amour, de désamour, des histoires de femmes, surtout — de femmes à cran, sous pression, qui partent en vrille, mais aussi — heureusement — qui se construisent et se reconstruisent. Zêtes prêts, c'est bon ? On y va !


Madonna sur un tricycle habillée en clown

Appel à toutes les voitures : on a perdu Mado ! Jeudi soir, raconte The Sun, Madonna s'est enfilé des shots de vodka en direct de son concert de Melbourne : "Ce soir, a-t-elle dit, je vais faire une chose que je ne fais jamais quand je chante : boire". Fine pétée bourrée, la Ciccone. Habillée en clown, elle a fait des petits voyages sur scène en tricycle taille enfant (oink, oink) — tout un poème : "Pour moi, a-t-elle expliqué, les clowns symbolisent le chagrin d'amour. Il y a quelque chose de tragique chez les clowns parce qu'ils font tout ce qu'ils peuvent pour faire rire et sourire. Ca masque forcément quelque chose, quelque chose qui se passe au fond d'eux. A votre avis, qu'est-ce qui se passe au fond de moi ?" Heu... des trucs un peu compliqués ?


David, après Rocco

Des fois que le public australien ne serait pas au courant, la chanteuse avait pris soin de faire projeter en fond de scène une photo de son fils, Rocco, enfant. Très enfant, tout petit, tout bouclé et tout blond. Le Rocco ado (15 ans, la boule à zéro) a en effet choisi de vivre à Londres avec Guy Ritchie, son pôpa — depuis novembre, il refuse de rentrer à New York chez maman. Ce qu'il a redit jeudi, justement, dans le cadre du procès qui oppose ses parents. Chargé de trancher l'affaire, le juge Alistair MacDonald a déclaré vendredi avoir réuni tous les éléments nécessaires à la conclusion du dossier, qu'il devrait communiquer incessamment... A en juger par le petit pestacle de Mado à Melbourne, le retour de l'enfant prodigue, c'est pas pour tout de suite. D'où la vodka, d'où le clown, d'où le tricycle... Le pire, c'est que... c'est pas fini. A en croire The Sun, Madonna et Guy Ritchie seraient déjà en train de se disputer la garde de leur fils adoptif, David, 10 ans. "Il devait passer Pâques chez (...) Guy. Mais Madonna s'y est opposée dans la mesure où elle n'était pas assurée que son fils rentre à la maison". On dirait que Madge file un mauvais coton. Que dire de ses enfants ?


Queen Liz : David Cameron, panpan cucul

C'est pas tout calme, dis donc, décidément, au Royaume-Uni ! Savez pas quoi ? La reine est en pétard. Et pas qu'un peu. Mercredi, The Sun — très en forme, ces temps-ci — a balancé une info qui, en deux temps trois mouvements, a mis toute l'Angleterre en révolution. Lors d'un déjeuner au château de Windsor en 2011, Queen Liz aurait dit en effet être "en colère" contre l'Europe et "ne pas comprendre Bruxelles", résume The Guardian dans son édition de jeudi. Pour calmer les esprits en pleine polémique "Brexit", difficile de faire pire... Signe que l'affaire est grave, Buckingham — c'est la première fois que cela arrive — a porté plainte contre un journal, The Sun, en l'occurrence. Tout le monde est à l'affût de la source qui a balancé le scoop, qu'on soupçonne, forcément, d'avoir voulu faire le jeu du Premier ministre David Cameron, champion du Brexit. D'après The Sun (daté de jeudi), la reine serait tout particulièrement remontée contre lui. Un député aurait en effet confié au quotidien : "Sa Majesté était tellement en colère (...) qu'elle m'a dit que Cameron méritait "une bonne correction". Elle n'avait pas l'air de plaisanter". Ouch ! Mettre Elizabeth II en furie, David, à mon avis, c'est pas gagnant-gagnant.


Les frères Matrix sont devenus sœurs !

Et hop, tout à coup, les frères Wachowski sont devenus sœurs ! Qui ça ? Larry et Andy Wachowski, les réalisateurs, entre autres, de "Matrix". "Matrix", vous connaissez ? Bé vi, on n'est pas teubé. Il y a quatre ans, c'est Larry, l'aîné (50 ans aujourd'hui) qui, le premier, a sauté le pas, et est devenu Lana. Agé de 48 ans, Andy a officialisé son changement de sexe cette semaine et annoncé qu'il s'appelait désormais Lilly. C'est la crainte d'être "outé" par le Daily Mail qui a précipité cette officialisation, explique The Guardian : "Je savais, raconte Lilly, qu'à un moment ou à un autre, je devrais faire mon "coming out". Etre transgenre, c'est quelque chose d'un peu compliqué à cacher. Seulement, j'avais envie — j'avais besoin d'un peu de temps pour mettre mes idées au clair, pour me sentir tout à fait à l'aise. Il semble qu'on ne m'ait pas laissé le choix du moment". Sa famille, elle, était au courant depuis quelque temps — tout comme sa femme, Alicia Blasingame, qui l'a soutenue dans sa transition : "Tout le monde est très cool. C'est vrai qu'ils sont déjà passés par là, grâce à ma fabuleuse sœur, mais ce sont aussi des gens fantastiques". Dans le journal LGBT The Windy City Times, Lilly le note, toutefois : "Je fais partie des chanceux. Si j'ai survécu à tout ça, c'est parce que j'avais le soutien de ma famille et que je disposais de moyens financiers suffisants pour payer des médecins et des thérapeutes. Les personnes transgenres privées de soutien, de moyens et de privilèges n'ont pas ce luxe. Beaucoup ne survivent pas". Sacrées vies que celles-là, qu'on n'imagine même pas — auxquelles, d'ailleurs, on ne pense pas. Le cas Wachowski, qui sait ?, nous fera peut-être changer.


Kim Kardashian : le selfie nu revu et corrigé

Mais revenons à un sujet plus léger — pas fin, fin, et même carrément pouêt, mais définitivement plus léger. Le selfie de Kim Kardashian à oilpé, vous l'avez vu, bien sûr. L'avez pas vu ? Bon, si vous y tenez, il est . Figurez-vous... figurez-vous que, mouaha !, Sharon Osbourne — oui, la Sharon Osbourne de la Osbourne Family, 63 ans au compteur — l'a trouvé "inspirant". Et ? Et elle en a fait un, elle aussi, pardi ! Si, si. C'est The Sun qui le dit, et qui le prouve, photo à l'appui. Ca vous en bouche un coin, hein ? Et... c'est comment ? Ben, ma foi, c'est pas honteux — perso, j'aimerais bien être comme ça à 63 ans. Vous me direz, faut être un peu timbrée, partie dans sa tête, pour avoir ne serait-ce que l'idée de se foutre à poil sur Twitter à 63 ans... en même temps, c'est rafraîchissant et, surtout, c'est joliment gonflé. L'est pas morte, la vieille ! comme dirait ma mère. Y'a une autre "vieille" qui est pas morte, c'est Bette Midler. Bette Midler, "The rose", si vous préférez. En voyant le selfie de la Kim, raconte The Sun, la chanteuse de 70 ans n'a pas résisté et twitté, elle aussi, mais sans photo : "Kim Kardashian a twitté un selfie d'elle nue aujourd'hui. Si Kim veut qu'on voie une partie d'elle qu'on n'a jamais vue, il va falloir qu'elle avale l'appareil photo". L'a pas perdu sa langue, ni sa tête, la Bette !


Angelina Jolie/Brad Pitt : la crise de trop ?

Faut-il s'inquiéter ? A en croire Closer et Voici, rien ne va plus entre Angelina Jolie et Brad Pitt. En tournage au Cambodge depuis six mois, l'actrice-réalisatrice-productrice et son mari ne feraient plus que se croiser : "En deux mois, ils ne se sont vus qu'une fois, le 2 mars, à Londres, pour se passer les enfants", rapporte Voici. Mouèye, pas bon signe, tout ça... Plus préoccupant : Angie aurait noué avec son cameraman une relation un peu plus que professionnelle. Réponse du berger à la bergère ? D'après In Touch, Brad Pitt apprécierait beaucoup Marion Cotillard avec qui il tourne actuellement un thriller romantique se déroulant pendant la Deuxième guerre mondiale. Angelina serait folle de jalousie, l'actrice française "incarnant tout ce qu'elle n'est pas et tout ce qu'elle aimerait être", à savoir une actrice "intello", oscarisée qui plus est. Y a-t-il péril en la demeure ? Faut-il, comme le fait la presse américaine, conclure au divorce imminent (d'ores et déjà chiffré à 450 millions de dollars, soit 502 millions d'euros...) ? Une chose est sûre : Angie est à cran. Radaronline a annoncé avant-hier qu'elle vient de virer la nurse qui louchait un peu trop sur Brad. Comme quoi, finalement, c'est pas fini...


Jennifer Garner : son premier baiser depuis qu'elle a divorcé

Est-ce à cause de "la nurse" que Jennifer Garner et Ben Affleck ont divorcé en juin dernier ? Dans le long portrait que le Vanity Fair US consacre ce mois-ci à l'actrice, la belle Jennifer rectifie le tir, d'entrée : "Nous étions séparés depuis des mois quand j'ai entendu parler de la "nanny". Notre décision de divorcer n'avait rien à voir avec elle. Elle ne faisait pas partie de l'équation". Et toc. Ca, c'est fait. La réputation de coureur de Ben ? "Il arrive qu'on fasse des choses regrettables, dit-elle. On ressent alors de la honte, et quand on a honte, on souffre. Il est inutile de le haïr pour moi. Je ne le hais pas. Ce n'est vraiment pas la peine de lui taper dessus. Et, ne vous faites pas de souci — j'avais les yeux grand ouvert tout le temps qu'a duré notre mariage. Je sais très bien prendre soin de moi". Classe et digne, Jennifer. Honnête et sans fard, habile, peut-être aussi, en même temps. Contrairement à Ben, elle n'a pas "remis le couvert" — elle est même restée fidèle bien au-delà de l'annonce du divorce. Vanity Fair le précise en effet : "Pour son rôle dans "Wakefield" (qu'elle vient juste de terminer, ndlr), elle a dû tourner une scène d'amour : "Quand on ne vous a pas embrassée depuis plus de huit mois", dit-elle, "ça fait bizarre. Mais c'est mon boulot. Il est neuf heures du matin, et vous vous dites, je prendrais bien un petit shot d'alcool. Et puis, après une prise ou deux, quand tout le monde a vu vos nichons et vos poignées d'amour, vous n'avez qu'une envie, c'est d'aller voir chaque membre de l'équipe et de lui dire : "S'il vous plaît, ayez pitié de moi !"" Bouh, pas évident à vivre, quand même, tout ça !


Nathalie Kosciusko-Morizet divorcée

Elle a choisi ELLE pour annoncer son divorce, depuis son manoir, en toute simplicité. En jean, pull à col V et Clarks, elle dépare un peu, assise sur l'accoudoir d'un fauteuil Louis XIII devant un bout de tapisserie ancienne qu'on imagine très haute et très grande. Comment vit-elle la séparation ? "Un divorce est une épreuve, dans toutes les familles", dit-elle. C'est tout ce qu'on saura, en dehors du fait que la mère de son ex-mari continue de s'occuper des enfants : "Je la garde, elle". Wow ! L'a échappée de justesse, la belle-mère, on dirait. Un peu plus, et chlaaaa !, adieu, granny ! ELLE fait bien de le rappeler : NKM a fait son service militaire, elle "était officier chef de quart sur un navire basé à Djibouti". Le magazine s'étend davantage sur l'histoire de Nathalie et de Jean-Pierre, "un homme déjà mûr, de gauche", qu'elle a rencontré alors qu'elle faisait un stage à l'ambassade de France à Varsovie. "Une histoire d'amour peu ordinaire", note ELLE, que Jean-Pierre a d'ailleurs racontée dans un livre en 2008. Un beau roman, en somme.


Salman Rushdie raconté par son ex-femme

Et puisqu'on parle de roman, que se passe-t-il sur le front de la culture ? Divorcée de Salman Rushdie depuis 2007, l'ex top Padma Lakshmi, aujourd'hui reconvertie dans la cuisine et la télévision, vient de publier un livre, "Love, Loss and What We Ate" ("L'amour, la perte et ce que nous mangions"), qui est sorti mardi chez HarperCollins. Et ? Et, si l'on en croit le New York Times, Padma balance pas mal sur Salman... Atteinte d'endométriose, la jeune femme raconte comment la douleur, les opérations par lesquelles elle a dû passer, ont quelque peu perturbé sa vie sexuelle avec Salman. Loin de compatir, l'écrivain, d'après elle, lui aurait reproché de "se servir de sa maladie pour ne pas faire l'amour avec lui" et aurait finalement lâché qu'elle était "un mauvais investissement". Sympa... Si c'est vrai, c'est moche, Mr Rushdie.


"American Psycho" en chanson...

"American Psycho" de Bret Easton Ellis, vous avez lu ? Faut s'accrocher, pas vrai ? Dans le genre coton, l'adaptation de Mary Harron avec Christian Bale est pas mal non plus, vous me direz... Le yuppie qui se transforme en serial-killer et qui découpe les femmes en morceaux, faut dire ce qui est : c'est gore. Hé ben, savez quoi ? D'après Vanity Fair US, une bande de rigolos a adapté le livre en comédie musicale et a réussi à la produire — à Broadway, s'il vous plaît. James Wolcott le fait observer dans son article : "Carrie" de Stephen King, porté à l'écran par Brian de Palma, a aussi inspiré une comédie musicale, montée à Broadway en 1988. Le spectacle a fait un four monumental (il a été arrêté au bout de cinq représentations). Qu'en sera-t-il de "American Psycho : The Musical" ? La chorégraphe, le compositeur et le costumier sont des vrais pros, reconnus, installés, affirme Wolcott. Quant à l'interprète de l'horrible Patrick Bateman, il s'agit de Matt Smith, alias Doctor Who. Dès leur mise en vente, les places se sont littéralement arrachées. En attendant la première et le verdict le 24 mars, vous pouvez toujours entendre des extraits de la bloody comédie musicale ici.


Elton John à la Tate Gallery

Au musée, Elton John ? Lui non, sa collection de photos, oui. The Guardian nous l'apprend : la Tate Gallery de Londres accueillera à partir du 10 novembre une exposition présentant 150 des 2500 clichés que le chanteur, passionné par le travail des photographes de l'époque moderne, collectionne amoureusement depuis 1991. Les artistes "les plus importants de cette période" y figurent, nous dit The Guardian, parmi lesquels Man Ray, bien sûr, mais aussi Herbert Bayer, Alexandr Rodchenko... Rien que du beau monde, qu'on ne connaît pas forcément, mais qui, vu les images, surprenantes, dérangeantes, somptueuses, publiées dans le quotidien, ne donne qu'une envie : y courir ! Vivement novembre !


Bowie, les vinyls

Amoureux de Bowie (sob, on ne s'en remet pas de cette absence-là), à vos calendriers ! Pour le "Record Store Day" qui, cette année, aura lieu le 16 avril, annonce The Guardian, deux rééditions format vinyl sont programmées : celles de l'album "The Man Who Sold The World" et du single "TVC 15". Une édition "Spécial 50e anniversaire" des singles enregistrés sous le label Pye paraîtra en même temps. Quand ils étaient sortis en 1966, ça avait fait un gros flop. Qui sait ce qu'on pourrait y découvrir aujourd'hui, hmmm ? Pour plus d'infos, et si vous ne voulez pas rater tout ça, c'est par là. Sur ce, bye folks ! Portez-vous bien, coucounez-vous, on a passé les jours les plus froids, les plus gris, il y a dans l'air quelque chose qui ressemble à un début de printemps...